Vous avez souscrit une assurance-groupe, une PLCI, un EIP ou un contrat INAMI dont le terme est fixé à 60 ans ? Vous allez alors recevoir très prochainement un courrier de votre assureur vous demandant de le prolonger jusqu’à l’âge de votre pension légale. C’est d’ailleurs une obligation légale. Mais avant de donner votre accord sur cette prolongation, il vous sera utile de faire appel à un spécialiste car une mauvaise décision peut vous coûter de l’argent.

A partir de quel âge pouvez-vous demander votre capital ?

Une loi de fin 2015 prévoit que le capital d’une pension complémentaire ne peut être perçue qu’à l’âge de la pension légale. En d’autres termes, vous ne recevez le montant épargné dans votre assurance-groupe, EIP, PLCI ou contrat INAMI qu’au plus tôt à vos 65 ans. A partir de 2025, ce sera 66 ans et à partir de 2030, 67 ans.

Il existe évidemment des exceptions :

  • La loi prévoit des mesures transitoires. Les personnes qui approchent les 60 ans dans l’une des ces prochaines années peuvent demander leur capital pension un peu plus tôt. Voici le tableau avec les règles exactes :

 

Année de naissanceAge en 2018Perception du capital à partir de

1958 ou avant

60 ans ou plus vieux

60 ans

1959

59 ans

61 ans

1960

58 ans

62 ans

1961

57 ans

63 ans

 

Important: cette exception ne trouve à s’appliquer que si le règlement de pension la prévoit.

  • Si vous prenez votre pension anticipée, vous pouvez alors demander votre capital pension au même moment.

 

  • Si vous pouvez prétendre à une pension anticipée mais que vous décidez de continuer à travailler, vous pouvez alors néanmoins demander votre capital pension.

 

Quid si votre plan de pension prévoit un autre terme ?

Bon nombre de plans de pension prévoient encore un terme différent de l’âge de la pension légale (le plus souvent 60 ans). La loi oblige les assureurs à écrire un courrier à tous leurs clients en 2018 pour leur demander de prolonger leur contrat jusqu’à l’âge de la pension.

Si simple, pensez-vous ? Pas du tout. Cela va plus loin que la simple adaptation de l’âge au terme. Les questions suivantes sont cruciales :

  • Que se passe-t-il avec le rendement garanti de votre contrat ?
  • Recevez-vous simplement le même rendement pendant 7 années supplémentaires ?
  • Applique-t-on un nouveau taux d’intérêt ?
  • Et quid des garanties complémentaires, comme l’incapacité de travail et les couvertures décès ? Restez-vous assurés ou votre prime sera-t-elle adaptée ?

Vous le remarquez, des questions concrètes attendent une réelle réponse. Chaque assureur développera dans ce domaine sa propre stratégie commerciale. Il est évident que vous pouvez compter sur nos spécialistes pour trouver la meilleure solution.

Si vous avez plus de questions, n’hésitez pas à nous contacter (par mail ou par téléphone).

Offre de consultation gratuite

Demandez un rendez-vous sans engagement

Vous souhaitez une mise à jour de votre situation financière? Ou cherchez-vous plus d’infos?
Nous sommes joignables pour un rendez-vous conseil sans engagement.

Prendre rendez-vous
taxe sur les primes des contrats d'assurance vie
Demander un rendez-vous video